Skip to content
Licensed Unlicensed Requires Authentication Published by De Gruyter 2018

11. Les frontières linguistiques du romanche

Clau Solèr

Abstract

Dans le canton des Grisons (Suisse), officiellement trilingue, la langue romanche ou rhétoromane fonctionne comme l’italien, c’est-à-dire de façon complémentaire avec l’allemand dominant qui sert aux deux langues minoritaires dans les domaines de l’administration, de l’enseignement supérieur et des médias. Le rhétoroman dispose depuis 1982 du standard commun rumantsch grischun, qui est utilisé partiellement à l’écrit mais guère parlé. Les romanchophones eux-mêmes parlent les nombreuses variétés locales qui ont été regroupées en cinq standards traditionnels constituant les idiomes identificatoires pour la population romanche. Tous les romanchophones, au contraire des germanophones, sont bilingues à un haut degré et utilisent le cas échéant l’allemand diglossique standard et l’alémanique. Le rhétoroman ne dispose pas d’un territoire continu, mais est troué comme un gruyère par des montagnes et des territoires germanophones. En réalité, peu de montagnes séparent vraiment les territoires ; la plupart des frontières se trouvent dans les têtes des locuteurs.

© 2018 Walter de Gruyter GmbH, Berlin/Munich/Boston