Accessible Unlicensed Requires Authentication Published by De Gruyter March 10, 2015

Un nouveau fragment inédit du Merlin en prose

Corinne Denoyelle

Abstract

This article is an edition of a 14th-century manuscript fragment that was found in the Thomas Fisher Rare Books Library of the University of Toronto in May 2012 by the librarian Pearce Carefoote. The fragment consists of a parchment double leaf (two leaves of two columns each) from the prose Romance of Merlin. It was used as a paste-down leaf on the inside of the back cover of a 16th-century volume of three commentaries on Pope Boniface VIII’s Sextus Liber decretalium. The fragment deals with Uther’s wedding with Igerne and the revelation of her pregnancy. It belongs to the manuscript family x3 according to the stemma established by Alexandre Micha and it follows the readings of manuscripts CDG, although with some lacunae. Its language is characterized by some northern French, especially Picard, features.

5 Bibliographie

Conseils = Conseils pour l’édition des textes médiévaux, fasc. 1 et 3, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques/École nationale des chartes, 2001.Search in Google Scholar

Gdf = Godefroy, Frédéric, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, 10 vol., Paris, Vieweg, 1879–1902 (réimpr. Vaduz, Kraus, 1965ss.).Search in Google Scholar

Goebl, Hans, Französische Skriptaformen III.: Normandie, in: Holtus, Günter/Metzeltin, Michael/Schmitt, Christian (edd.), Lexikon der romanistischen Linguistik (LRL), vol. 2/2, Tübingen, Niemeyer, 1995, 314–337.Search in Google Scholar

Gossen = Gossen, Charles Théodore, Grammaire de l’ancien picard, Paris, Klincksieck, 1970.Search in Google Scholar

Micha, Alexandre (ed.), Robert de Boron, Merlin, roman du XIIIe siècle, Genève, Droz, 1979.Search in Google Scholar

Micha, Alexandre, Étude sur le « Merlin » de Robert de Boron, Genève, Droz, 1980.Search in Google Scholar

Raynaud de Lage, Guy/Hasenohr, Geneviève, Introduction à l’ancien français, Paris, Sedes, 1958 (rééd. 2008).Search in Google Scholar

Tanquerey, Frédéric-Joseph, L’Évolution du verbe en anglo-français (XIIe–XIVe siècles), Paris, Champion, 1915.Search in Google Scholar

Transcription

1 [Et Ulfin] respont: « Je en dirai mon avis et ce que je dirai ci endroit dirai je partout. Segnors, ce 2 dist Ulfin, vos savez bien que li rois[7] est mors par le roi et par sa force, quel que tort qu’il eust3 vers lui, n’avoit il pas forfait cose par qoi il deust morir. N’est ce voire que je vos di? Et savez4 que li rois a gastee sa terre et destruite et savez bien que c’est la mellor dame del mont et la plus5 bele et la plus sage, et savez que li parent au dus ont molt pardu en sa mort. Si est bien droit que6 li rois lor rende grant merite selonc ce qu’il sont, si que il puisse avoir lor amor. Et d’autre part7 vos savez bien que li rois est sanz fame. Et je di, a mon dit, que li rois ne li puet amender son8 damage s’il ne le prent a fame. Et qant il ara tot ce fait et otroié, si marit premierement la fille au9 duc l’ainsnee au roi Loth d’Orcanie qui ci est. Et as autres amis face tant que cascon le tiegne a10 ami et a segnor et a loial roi. Or avés, fait Ulfin, oï mon conseil, or poez dire autre conseil, se vos11 a cesti ne vos acordez. » Et il respondent tuit ensenble: « Vos avez dit le plus hardi conseil12 c’onques mais home osast penser et se vos l’osiez dire au roi ausi com vos l’avez ci dit et nos13 veons qu’il s’i acort, nos nos i acorderons molt volentiers. » Et Ulfin respont et dist: « Segnor14 vos ne dites mie asséz mais se vos vos i acordez plainement, je recorderai la parole et vez ci le roi15 Loth sor qui je di grant partie de la pais, si en die son avis. » Et li rois Loth respont: « Ja por cose16 que vos aiez sor moi dite ne voil que la pais[8] remaigne. »

17 Qant li autre l’oïrent, si s’acorderent au conseil tuit ensemble et vinrent estant la ou18 Uterpandragon estoit. Et la dame fu mandee et tuit cil qui a son conseil avoient esté. Et qant il19 furent tuit assenbléz, si s’asistrent et Ulfin fu en estant et retrait la parole si com il l’avoit20 porparlee. Et qand il ot tot dit, si demande as autres barons: « Ne loez vos tuit ceste parole? Et21 vos i acordez vos tuit? » Et il respondent tuit ensemble: « Oil molt bien. » Et Ulfin se torne vers22 le roi et li dist [col b]: « Sire, et vos q’en dites? Ne loez vos cest acordement?[9] » Et li rois23 respont « Oil, Ulfin, je l’otroi bien se la dame et si ami s’i acordent et le roi Loth le velt et il velt24 por moi prendre la fille au duc. » Lors respont le roi Loth et dist: « Vos ne me prieroiz ja cose25 por vostre amor ne por vostre preu que je ne face molt volentiers. » Lors parla Ulfin devant toz a26 celui qui la parole a la dame retrait et li demande: « Loez vos ceste pais? » Et il, comme sages et27 comme preus, regarde sa dame et son conseil qui furent molt morne et pensis et ploroient si que28 l’eve du cuer lor estoit montee as eux si que de pité et de joie ploroient desrieres lui, et il29 meesmes qui devoit respondre ploroit. Et Ulfin respont tot plorant c’onques mais si bele amende30 ne fist onques sires de son home. Adont demande a la dame cil qui sa parole disoit et as parenz le31 duc:[10] « Loez vos ceste pais? » La dame se taist et li parent le duc parolent et dient tuit32 ensemble: « Il n’est hom qui Dieu croie qui ne la doie loer et nos la loons que nos savions[11] le roi33 a si preudome et loial que nos nos en metons aprés ceste parole sor lui. »

34 Ensi fu acreantee la pais d’une part et d’autre et ensi prist Uterpandragon Ygerne[12] et dona la fille35 au duc au roi Loth d’Orcanie et de cele fille qu’il dona au roi Loth issi messire Gauvain et36 Mordret et Gerrees et Gaheries et Agravains.[13] L’autre fille bastarde qui avoit a non Morgue,[14]37 par le conseil de toz les amis ensemble, la fist li rois aprendre a letre en une maison de religion.38 Et ele aprist tant et si bien qu’ele aprist de toz ars et ele sot merveilles d’un art que on apele39 astronomie et ele en ovra tos jors et sot molt de fisique. Et par cele clergie fu ele apelee Morgue40 la fee. Les autres parenz adrecha li rois toz et molt ama toz les amis au duc.[15] Ensi ot li rois41 Ygerne et tint tant que sa groisse aparut et tant que li rois gesoit une nuit avec lui, si mist sa main42 sor son ventre et li demanda de cui ele estoit grosse, car ele ne pooit mie estre grosse de lui, pus43 que il l’avoit prise qu’il n’avoit onques a li geu nule [f. ii, col a] foiz qu’il n’eust mis en escrit; ne44 ele ne pooit pas estre grosse du duc car il avoit esté grant piece devant sa mort que li dus ne45 l’avoit veue. Si come li rois adjoisnoit Ygerne, et ele ot peor et honte si conmencha a plorer, et46 dist en plorant: « Sire, de ce que vos savez ne vos puis je faire mençonge entendant, ne autre47 cose ne vos dirai je pas, mais por Dieu, aiez merchi de moi, car je vos dirai ja mervelles et voir,48 se vos m’aseurez et il vos plaist que vos ne me lairez mie. » Et li rois dist: « Dame, dites tot49 seurement que je ne vos lerai ja por cose que vos dioiz. »

50 Qant la roine oi son segnor qui l’aseura si en fu molt lie si li dist: « Sire, je vos conterai51 merveilles. » Et ele conte coment .i. home avet jeu a li en semblance del duc et avoit amené .ii.52 home avec lui en la senblance de .ii. homes el monde « que mes sires plus amoit. Ensi vint en ma53 chambre voiant totes mes genz et vint a moi. Je cuidai certainement que ce fust mes sires54 meesmes. Et cil hom engenra cest oir dont je sui grosse. Et je sai bien que il fu engenrés cele nuit55 dont mes sires fu le jor ocis, si qu’il gesoit avec moi qant les noveles vinrent de la mort mon56 segnor. Et lors me fist entendant qu’il estoit mes sires que ses genz ne savoient qu’il fust venus a57 moi, ensi departi de moi. » Qant la roïne ot s’aventure contee, si parla li rois et li dist: « Bele58 amie, gardez que nus hom ne nule fame ne le sache a cui vos le puissiez celer que vos en seriés59 honie se on le savoit. Et je voil bien que vos sachiez que cist oirs qui de vos naistra n’est pas60 vostre ne miens rainasblement, ne je ne vos ne l’arons a nostre oes. Ains vos pri que vos le61 doigniez si tost com il naistra a celui a cui je le vos roverai doner si que jamais n’orrons de lui62 parler. » Et ele respont: « Sire, de moi et de qant qu’il apent a moi, poez vos faire vostre63 volenté. »

64 Lors vint li rois lendemain a Ulfin et li contes[16] totes les paroles de lui et de la roine et qant Ulfin65 les a oïes, si respondi et dist: « Sire, or poez savoir que ma dame est bone et loiaux qant de si66 grant descovenue ne vos ose mentir. Et vos [col b] avez molt bien fait la besoigne Merlin car il ne67 le peust en autre maniere avenir. » Ensi demora jusques a .vi. mois aprés ce que Merlin li ot en68 convent de venir. Si vint et parla a Ulfin priveement et li demande noveles de ce qu’il velt. Et69 Ulfin li dist voir de ce qu’il sot. Et qant il ont asséz parlé ensemble, si manda Merlin le roi par70 Ulfin. Et li rois et Merlin et Ulfin asemblerent ensemble et qant il furent assembléz, si conta li71 rois a Merlin si comme il avoit ovré de la roine. Et Merlin respont et dist: « Sire, Ulfin set72 auques, car il s’est bien acuitéz del pechié qu’il ot de vos et de la roine, mais je ne me sui mie73 oncore acuités de ce que je aidai la dame a decevoir de l’engendrement qu’ele a dedenz soi car74 ele ne set de cui il est. » Et li rois respont et dist: « Merlin, vos estes si sages et si preus que vos75 vos en saroiz bien acuiter. » Et Merlin dist au roi: « Sire, il covenra que vos m’aidiez. » Et li rois76 li dist qu’il li aidera en totes les manieres qu’il porra car l’esfant set il bien qu’il li fera avoir. Et77 Merlin dist au roi: « Sire, il a en ceste vile .i. des plus preudomes du mont et a non Antor et a la78 plus preude fame et la plus loiax et la mix entechie qui soit en cest regne, et ele est grosse d’un79 esfant malle. Et il n’est pas molt riche gent. Si voil que vos le mandez et que vos li doigniez del80 vostre en tel maniere que li sires et la dame vos jurent sor sainz que il norriront .i. esfant qui lor81 sera aportés et del lait meesmes a la dame et le lor esfant feront norrir a [u]ne[17] autre fame et82 norriront celui qui aportéz lor sera comme lor fil demaine. » Et li rois dist: « Merlin, si com tu le83 dis et je l’otroi. »

84 Lors prist Merlin congié au roi et s’en ala a Blaise son maistre, et Uterpandragon fist mander85 Antor que Merlin li ot ensaignié. Et qant il fu venus si li fist li rois molt grant joie et cil se86 merveilla molt del roi qui tel joie li fist et li rois li dist: « Biax amis chier, je me voil descovrir87 vers vos d’une aventure qui avenue

Online erschienen: 2015-3-10
Erschienen im Druck: 2015-3-1

© 2015 Walter de Gruyter GmbH, Berlin/München/Boston