Jump to ContentJump to Main Navigation
Show Summary Details
More options …

Byzantinische Zeitschrift

Ed. by Berger, Albrecht


CiteScore 2018: 0.13

SCImago Journal Rank (SJR) 2018: 0.111
Source Normalized Impact per Paper (SNIP) 2018: 0.425

Online
ISSN
1868-9027
See all formats and pricing
More options …
Volume 96, Issue 2

Issues

Du Grec en Syriaque : La transmission du récit de la prise d'Amid (502) dans l'historiographie Byzantine

Muriel Debié
Published Online: 2008-02-07 | DOI: https://doi.org/10.1515/BYZS.2003.601

Le récit du siège et de la prise d'Amid, place-forte de Mésopotamie, en 502, constitue un exemple intéressant de la manière dont se transmet un récit historique de la tradition grecque au domaine syriaque et au-delà. Présent dans l'historiographie grecque (Évagre, Procope, Malalas, Théophane) comme un épisode de la brève période d'affrontement entre Perses et Romains dans les années 502–507, ce récit connaît un succès particulier dans les textes syriaques où il passe du domaine de l'histoire à celui de la légende. Cet épisode apparaît dans l'Histoire d'Édesse de 506 du pseudo-Josué, dans l'Histoire ecclésiastique du pseudo-Zacharie et dans toutes les chronographies importantes: celle de Zuqnin, du pseudo-Denys, dans celle d'Édesse de 1234 et dans celle de Michel le Syrien. Il est par ailleurs mentionné dans toutes les petites chroniques, qui indiquent la date, la durée, le nombre de victimes du siège. La similitude entre la version de Procope et celle du pseudo-Zacharie a déjà été relevée mais n'a jamais fait l'objet d'une enquête qui permette d'élucider les liens qui les unissent et d'établir par quelle voie ce texte est passé du grec au syriaque où il a été retravaillé pour répondre à des besoins apologétiques. La chute de la ville aux mains des Perses est en effet présentée à partir de l'Histoire ecclésiastique du pseudo-Zacharie comme une punition pour les chrétiens infidèles, livrés au roi perse Kavadh à qui le Christ serait apparu et aurait donné la victoire. Le récit est dès lors utilisé pour exhorter les communautés chrétiennes à persévérer dans la foi « orthodoxe ». Cette version du siège est ensuite traduite de manière inattendue en arabe puis en géorgien, dans ce qui semble être le reste d'une chronique.

About the article

Published Online: 2008-02-07

Published in Print: 2004-04-01


Citation Information: Byzantinische Zeitschrift, Volume 96, Issue 2, Pages 601–622, ISSN (Print) 0007-7704, DOI: https://doi.org/10.1515/BYZS.2003.601.

Export Citation

Comments (0)

Please log in or register to comment.
Log in